Le réputé réalisateur Béla Tarr, connu pour des films tels que The Turin Horse/Le cheval de Turin et Sátántangó et le cinéaste français Laurent Cantet, qui a remporté la Palme d’Or en 2008 avec le drame Entre les murs, sont deux des invités d’honneur de la huitième édition des Films de Cannes à Bucarest. Le festival organisera une série de projections et d’échanges avec les deux invités dans le cadre du programme Artistes en dialogue, une occasion unique de voir sur les grands écrans des films qui ont consacré les plus importants auteurs de film contemporains.

Le 14 octobre, à la Cinémathèque Eforie, Béla Tarr entamera un dialogue avec le  public à la fin de la projection The Turin Horse/Le cheval de Turin, qu’il avait annoncé être le dernier film qu’il réaliserait. Le dialogue sera modéré par le critique français Jean-Michel Frodon. Laurent Cantet sera présent le 18 octobre, au Cinéma Elvire Popesco, à la première en Roumanie du titre L’Atelier/The Workshop, présenté cette année à Cannes dans la section Un certain Regard.

Entre le 13 et le 14 octobre, la cinémathèque Eforie accueillera La rétrospective Béla Tarr dans le cadre des Films de Cannes à Bucarest, programme qui inclura quatre des plus importants films réalisés par l’auteur. La rétrospective Béla Tarr est organisée par Voodoo Films et financée par le Centre national de la cinématographie.

Öszi almanach/Almanach d’automne, présenté au Festival de Locarno en 1984, inaugurera la section le 13 octobre, suivi par les projections des films The Turin Horse/Le cheval de Turin (2011), récompensé à la Berlinale avec le Grand prix du jury/ l’Ours d’argent et le Prix FIPRESCI, et Werckmeister Harmonies/Harmonies Werckmeister qui a eu la première au Festival de Cannes, en 2000, dans la section parallèle la Quinzaine des Réalisateurs. La rétrospective Béla Tarr sera clôturée le 15 octobre avec la projection du long métrage de sept heures et demie, Sátántangó, sur lequel Jean Michel Frodon disait: Je ne crois pas qu’on puisse voir Satantango autrement que dans une salle de cinéma, précisément pour les raisons de ce double « être là » (alors qu’on peut, même si c’est dommage, voir beaucoup de très beaux films sur un petit écran, à la maison). Pour celui-ci on ne peut pas, parce qu’il faut ces deux espaces : celui du film, que construisent le cadre, la bande son et le montage, et celui de la salle. Basé sur le roman éponyme de László Krasznahorkai, le film a eu la première mondiale au Festival de Belin en 1994 et est considéré par la critique l’un des meilleurs films de l’histoire de la cinématographie.

Béla Tarr arrivera en Roumanie le 13 octobre, pour ouvrir la deuxième édition des Films de Cannes à Cluj-Napoca. A Cluj, le cinéaste entamera un dialogue avec le public à la fin de la projection du film The Turin Horse/Le cheval de Turin, au Cinéma Victoria, modéré par le Prof. Dr. Doru Pop de l’Université Babeș-Bolyai.

A l’occasion de sa participation au festival, Les Films de Cannes à Bucarest organisent aussi une section consacrée à l’auteur français Laurent Cantet, qui a remporté la Palme d’or en 2008 pour le film Entre les murs / The Class. Qualifié par New York Times comme « un film intelligent sur l’identité française d’aujourd’hui et sur la tentative de transformer ces êtres en citoyens , par le biais du dialogue», le film a marqué la cinématographie internationale, étant une référence dans le domaine, et inaugurera la section Focus Laurent Cantet le 13 octobre, au Cinéma Elvire Popesco. Le réalisateur arrivera à Bucarest le 18 octobre et participera à la première du film L’Atelier/The Workshop, sur lequel The Guardian écrivait: L’Atelier continue la direction ouverte par Cantet dans Entre les murs, en utilisant le pouvoir du dialogue pour démontrer que le débat peut être aussi passionnant qu’un film d’action. Le film sera précédé par la projection de son premier court métrage, Tous à la manif, pour lequel il a décroché le prix Jean Vigo en 1994. On pourra également voir à Bucarest Retour à Ithaque/Return to Ithaca (Festival de Venise, 2014) et L’Emploi du temps/ Time out (2001), un film écrit par Cantet avec son collaborateur habituel Robin Campillo, et placé sur la neuvième place dans la sélection « Best Films of the Noughties » réalisée par The Guardian.

Les Films de Cannes à Bucarest arriveront cette année aussi dans sept autres villes du pays, en organisant des éditions régionales à Timișoara, Iași, Cluj, Brașov, Sibiu, Arad et Suceava. Sous le titre Les Films de Cannes @ Astra Film Sibiu, Les Films de Cannes, en partenariat avec le festival de film documentaire Astra Film Sibiu, incluront dans le programme en première en Roumanie, à la fois à Bucarest et à Sibiu, trois des films documentaires présentés lors de l’édition de cette année du Festival de Cannes.

Le documentaire 12 jours (r. Raymond Depardon) est filmé dans un hôpital de psychiatrie, où les cas des patients hospitalisés sans consentement sont présentés devant un juge qui décidera de leur avenir. Le Vénérable W. est une observation fine sur comment islamophobie et les discours de la haine se transforment en violence et destruction. Le réalisateur du Vénérable W. est Barbet Schroederest, connu pour des films comme Général Idi Amin Dada: Autoportrait ou L’avocat de la terreur (Un Certain Regard, Cannes 2007, Prix César du meilleur documentaire, 2008). Dans le programme figure également Nothingwood, de Sonia Kronlund, présenté dans la Quinzaine des Réalisateurs, qui raconte une vie consacrée à transformer en réalité un rêve de l’enfance.

Plus de détails sur les films et les invités de la 8ème édition Les Films de Cannes à Bucarest sont à trouver sur le site officiel du festival.

***

Entre les murs et Retour à Ithaque sont distribués en Roumanie par Independența Film.

Tous à la Manif est projeté dans le festival avec l’appui de l’Institut Français.

The Turin Horse est distribué en Roumanie par l’Association Macondo.

La rétrospective Bela Tarr est organisée par Voodoo Films et financée par le Centre National de Cinématographie et Artistes en dialogue – Laurent Cantet est un projet cofinancé par l’Administration du Fond Culturel National.*

***

Le festival est présenté par Orange România, partenaire traditionnel de l’événement.

Avec le soutien de: BRD Groupe Société Générale

Voiture officielle du festival: Renault

Avec l’appui de: Catena, Groupama Asigurări, Silva,  Apa Nova

Café officiel du festival: Nespresso

La huitième édition des Films de Cannes à Bucarest est organisée par les Associations Cinemascop et Voodoo Films et réalisée en partenariat avec l’Ambassade de France et l’Institut Français de Bucarest.

Les Films de Cannes à Bucarest sont un projet culturel financé par le Ministère de la Culture et de l’Identité nationale, le Centre National de la Cinématographie ainsi que par le Programme culturel Bucarest, ville participative de la Mairie de Bucarest via le Centre culturel ARCUB, avec le soutien de la SACD / Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques et de l’Institut Culturel Roumain.

Partenaires: Hotel Mercure, S.E.R.V.E, UPS, Media Image Factory, PiArt Vision.

Partenaires média: Europa FM, Zile și Nopți, Cinemap, Glamour, VIVA!, ELLE, News.ro, A List Magazine, Observator Cutural, Scena9, Agerpres, Cinemagia, LiterNet, Movie News, AaRC, Cinefan, Umblat.ro, Urban.ro

Partenaire veille médias : mediaTRUST

Les 7 éditions régionales sont organisées avec l’appui de:  à Brașov – projet cofinancé par le Conseil départemental Brașov, à Cluj-Napoca – événement réalisé avec le soutien de la Ville et du Conseil municipal et de l’Association Suedia, à Sibiu – en partenariat avec ASTRA Film Festival, Arad – cofinancé par le Centre Municipal de Culture Arad, Timișoara – avec l’appui de la Ville de Timișoara, de la Maison de la culture de la ville de Timișoara et de la Philharmonie Banatul, Iași – avec le soutien de la Ville de Iași et de l’Athénée de Iași et à Suceava – avec le soutien de la Ville de Suceava.

*Le projet ne représente pas nécessairement la position de l’Administration du Fond Culturel National. L’Administration du Fond Culturel National (l’AFCN) ne sera pas tenue responsable du contenu du projet ou de la manière dont les résultats du projet seront utilisés. Le bénéficiaire du financement en sera intégralement responsable.